Categories:

Changez de paradigme de conscience pour une nouvelle société

La programmation de croyances que nous avons reçu depuis notre enfance, consiste à définir les choses en bien et en mal, et avoir fait grandir notre besoin de sécurité et de se protéger de toutes menaces extérieures.

Notre interprétation de la réalité étant toujours passé par notre filtre personnel fortement influencé par les peurs provenant de nos croyances.

Il suffit de voir l’évolution des mesures de sécurité pour notre pays, quand on a une vue d’ensemble en regardant dans les 40 dernières années ? Qu’est-ce qui a évolué ?

De plus en plus de renforcement de toutes les sécurités possible et inimaginables pour la voiture, l’habitat, les assurances sur la vie, les maladies… de plus en plus de besoin de sécurité quand on trouve que tout est source de danger possible et inimaginable…

Qui paie toujours la facture max à toutes ces nouvelles obligations de sécurité ? Le citoyen qui travaille pour payer assurance tout risque, se nourrir mal, et payer ses factures pour des obligations de sécurité et autres que le gouvernement impose et justifie sans cesse par des « oui mais ceci… » « oui mais cela… »

Un gouvernement qui justifie tout par des « oui mais… » : base de psychologie, le « oui mais… » est la Justification des personnes qui manipulent pour éviter d’assumer leur responsabilité. Tout est toujours justifiable pour eux par contre rien n’est justifiable à leurs yeux quand vous n’êtes pas d’accord avec eux.

Ils manipulent en se servant de la peur pour atteindre leurs objectifs, peu importe les dégâts à la population.

Le citoyen est-il heureux ? franchement ? depuis des décenies de plus en plus d’obligation à remplir en matière de sécurité en tous genres, et se sentir coincé pour la majorité des citoyens à exercer une profession « alimentaire ». Du stress, des obligations à respecter, des « masques de citoyens responsables » à porter pour suivre les directives d’un système de société, où seul prévaut les mots économie et finances. Dernière nouveauté depuis le 9 juin, installation de détecteur ou compteur CO2 pour l’Horeca ou les centres Fitness sous prétexte qu’une concentration trop élevée de CO2 dans une pièce peut entraîner des maux de tête, une diminution de la concentration, une réduction de la capacité d’apprentissage, une baisse d’énergie, de la fatigue et une irritation des muqueuses. Un compteur de CO2 peut donc rendre votre vie plus agréable à bien des égards !

Mais où cela va-t-il s’arrêter, chaque année des mesures en plus, et de moins en moins d’argent au citoyen… pendant que la classe aisée, les financiers et les politiques s’enrichissent.

D’un point de vue de bien-être humain, la situation où on « travaille », non par choix de coeur (où on est épanoui dans son travail), mais vraiment par nécessité d’assurer ses moyens de subsistance et éventuellement de la famille.

On se renie, on renie son bien-être mental, émotionnel, psychologique pour satisfaire un système économique qui ne profitent qu’à une minorité. Par peur de ne pas pouvoir assurer financièrement son loyer et factures, on accepte de ne pas s’aimer et se respecter pour « survivre » dans un système qui ne nous apporte aucuns bonheurs d’être vivant, humain, heureux mais qui au contraire pour nous maintenir en esclavage nous offre des distractions, des hypnoses médiatiques ou électroniques pour nous faire « oublier » l’essentiel et augmenter nos peurs et par là-même notre besoin de sécurité. Des programmes suscitant nos émotions entrainant des jugements, nous maintenir esclaves du système.

Chaque être humain a le choix entre 2 émotions de base, où l’amour ou la peur, toutes les autres émotions découlant de ces 2 émotions de base. Par exemple, la colère découle d’une peur de quelque chose.

Quelque soit la profession exercée, si celle-ci est choisie « par obligation financière », c’est à dire par peur de manquer d’argent, nous ne nous respectons pas, c’est un acte de non-amour et non-respect de nous qui va entrainer un déséquilibre en nous, un état de conflit intérieur entre ce que le coeur souhaite réellement, et ce que la tête et les croyances sociétales de devoir travailler nous envoient comme pensées.

Ce conflit va entrainer l’introduction du malaise et de la maladies en nous, la maladie ou le « mal a dit ». Ce système sociétal basé sur des valeurs financières avant le bien-être humain est responsable d’une « névrose » chez l’être humain, la névrose du « non-amour » et « non-respect » de soi.

Combien de citoyens sont sous anti-dépresseurs, combien d’humains ne souffrent-ils pas de maladies ?

Tant que nous acceptons les règles du système, nous faisons le plus grand acte de non-amour envers nous-même, et les peurs que le système transmet si on ne suit pas ses règles ne fait qu’accentuer le mal-être.

Nous sommes la majorité, le peuple est censé être le vrai pouvoir, les politiques étant censé représenter les intérêts du peuple.

Regardons les promesses non tenues des politiques sur les 40 dernières années, la justification est toujours « oui mais la conjoncture économique exige que… » et le citoyen paie la facture, a de moins en moins d’argent, est soumis au stress, aux malaises et maladies pour les besoins d’un système qui n’en n’a cure de lui, car il doit juste être un élément productif du système.

Toujours plus de lois et obligations contraignantes en matière de sécurité.

Changer de système de société est la seule alternative, « on ne peut attendre un résultat différent si on fait toujours la même chose », c’est à dire accepter la croyance « le système est comme ça, on ne peut rien y changer ».

C’est accepter de continuer sur un chemin de non-amour et non-respect de soi et de rester sur le chemin de la peur qui conduit inexorablement à la maladie, au mal-être, à ne pas être heureux en restant esclave d’un système qui ne profite qu’à une minorité.

Le peuple a le pouvoir de tout changer, en prenant vraiment conscience que d’adhérer à ce système est un acte de non-amour envers soi-même, en prenant conscience de toutes les situations où le coeur dit « non, je ne désire pas adhérer ou accepter cela » et d’avoir confiance de suivre son coeur, plutôt que se renier en se laissant entraîner par nos pensées de peur.

Arrêter de se mentir pour accepter les règles ou adopter les croyances des autres par peur.

C’est à chacun à choisir, de dire « non, je ne désire plus ce système financier, je désire une société basée sur le respect et la bienveillance envers soi-même et les autres »

En prenant conscience, par une vue d’ensemble, non en se focalisant sur la peur transmise par les gouvernements et les médias, il est facile de voir que de nouveau « non, non rien n’a changé », les gouvernaments tentent encore une fois de nous enlever plus de droits et de liberté, justifiant toutes leurs actions sur ce « besoin de sécurité » et manipulant par le triangle dramatique d’attribuer que si la sécurité n’est pas atteinte c’est en raison d’une partie de la population qui n’accepte pas leurs manipulations.

Ouvrir les yeux sur la manipulation de ségrégation, sur la malveillance d’un gouvernement à tenter de désigner « des coupables », est-ce digne d’un être humain ? dire que les non-vaxx sont un danger pour les vaxx est dans la même lignée que dire que tous les arabes sont des voleurs, tous les noirs sentent mauvais, les wallons sont tous fainéants etc. cela entraine des émotions de peur et donc de manipulation d’un pouvoir pour monter des humains contre d’autres êtres humains, la manipulation émotionnelle par la désignation « d’un coupable ou plusieurs pour tous les malheurs » est le signe d’une extrême malveillance.

Le même type de comportement et de manipulations que les tyrans ont utilisé à travers l’histoire pour qu’une nation entre en guerre avec la nation voisine.

L’être humain a besoin de retrouver son chemin du coeur, d’abord pour lui-même pour pouvoir ensuite rentrer en relation de coeur avec l’autre. Car si seuls les peurs sont présentes, alors toute la réalité est interprétée à partir de cet état de peur et cela ne peut mener qu’à des souffrances.

C’est en réunissant les coeurs ouverts, les coeurs désirant une société basée sur le bien-être humain comme priorité que nous pourrons batir une société où chacun pourra se sentir épanoui, heureux et pourra oeuvrer au bien-être de l’enfance.

Tout est question de choix, continuer sur le chemin de la peur ? c’est à dire selon la maxime « tout ce à quoi tu résistes, persiste », plus on a peur pour sa sécurité et qu’on tente d’éliminer la source qui provoque la peur, plus l’extérieur renverra des raisons d’avoir peur et mettra d’autres sources de peur dont on voudra se protéger.

C’est sans fin, et plus on se protégera, plus on se dirigera vers la mort, vers l’état d’être un zombie au service d’un système.

Choisir le chemin de l’Amour ? c’est ce que l’humanité n’a jamais fait jusqu’à présent, dans la globalité de son histoire, elle a toujours choisi la peur et la séparation avec ce qui en apparence était différent de ce qu’elle connaissait.

Choisir l’amour est la seule solution pour changer de paradigme de société, alors comme dit un autre dicton « a coeur vaillant, rien d’impossible », moi j’ai choisi cette option…

Et j’espère que l’humanité se lèvera unie pour mettre fin à cette histoire de l’humanité basée sur les peurs et le besoin de renforcer sans cesse son besoin de sécurité,  stopper cette société financière pour créer une nouvelle ère de paix et de fraternité pour créer une société d’humains connectés les uns aux autres par le cœur.

(Fred Le Borain Quantique)

Tags:

3 Responses

  1. Moi aussi j’ai choisi l’amour. On doit être bienveillant les uns envers les autres. Je ne veux plus de ce monde capitaliste. Très beau texte merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous

Adresse
1420 Braine l’Alleud

Heures d’ouverture
Du lundi au dimanche : 24h sur 24h

À propos de ce site

Nous œuvrons pour une véritable démocratie

©Docmocrazy.be